Mon mal à l’âme, ma quête d’amour et de passion, ma soif d’infini m’ont conduit à la sculpture sur pierre.

J’aime, je crée, je vis.

Je n’ai plus besoin désormais de bûcher,
de peiner…, de travailler fort.

Je laisse parler la vie en moi, à travers moi.

Le temps n’a plus de limite.

Tel est le cours de ma vie …